Jean ou jeans (ou encore jean’s) ?

Certes, à l’heure des SMS et des correcteurs automatiques, l’orthographe a tendance à se perdre. Mais qui ne s’est pas posé la question: doit-on écrire “jean” ou “jeans”, et prononcer ce mot avec ou sans le “s” final? Commençons par un peu d’histoire pour tracer l’origine de nos beaux pantalons et l’étymologie du mot qui les identifie.

Le jean, de la toile de Gênes

Le jean est une toile de coton, teintée en bleu ou indigo. A l’origine cette toile était utilisée par la marine Génoise au 16e siècle pour les voiles de ses navires, puis pour des pièces d’habillement pour ses équipages. La toile de jean est un dérivé phonétique de “la toile de Gênes”. Désignant le tissu, jean s’emploie toujours au singulier, il désigne ainsi une variété de toile.

Notons au passage que le tissu de jean évolue au 19e siècle pour devenir le denim: c’est toujours un tissu de coton, dorénavant à armure de sergé, venant de Nîmes. Là aussi, une déformation phonétique a transformé le sergé “de Nîmes” en “denim”.

Le Beau Jean - Toile sergé - lebeaujean.fr

Les jeans, des pantalons en denim

Au pluriel, le jeans est toujours un pantalon fait en denim, c’est-à-dire en toile de jean. Le jeans présente un certain nombre de caractéristiques qui le rendent unique, au-delà de sa matière: les rivets, la coloration indigo, le fil de couture, les 5 poches, la poche ticket…

Le français accepte le singulier comme le pluriel de jean pour désigner cette pièce d’habillement, initialement un pantalon de travail. Nous avons choisi le singulier pour désigner notre marque, Le Beau Jean. C’est correct et ça sonne bien, surtout que nous le prononçons comme le prénom !

Le Beau Jean - Le jean denim - lebeaujean.fr

Pas de jean's ou de djins, que du coton !

Les anglophones ont tendance à utiliser le pluriel pour désigner le pantalon, mais le singulier se rencontre également. Ils ont même créé l’expression “blue-jeans” pour reprendre l’idée de la coloration du pantalon, mais elle tend à disparaître dans l’usage moderne. Idem pour le “blue-jean” qu’on a pu entendre en français. Seule certitude, “jean’s” n’existe tout simplement pas ! Et les djins appartiennent à un autre monde !

Mot de la fin: si une marque vous propose un jean en lin, c’est sympa, cela part certainement d’un bon sentiment, c’est peut-être un joli pantalon, mais ce n’est pas un jean !

Découvrir les produits

Articles qui pourraient vous intéresser

Tags : histoire jean

Précédent Suivant